Solidarité Népal
Grâce à une présence au Népal depuis 35 ans, l’association humanitaire ROKPA a développé un réseau d’aide solide qui évite de passer par les circuits népalais du « Disaster Relief Fund of the Prime Minister ».  Votre don, géré par ROKPA France, arrivera donc rapidement et efficacement aux victimes. #NepalRecovery merci !

Tout d’abord, nous souhaitons vous remercier de votre aide apportée en urgence aux Népalais et vous donner des informations sur les actions que ROKPA et ses différentes branches dont notre association ROKPA France, a mené sur place. Nous dressons ici une synthèse du Programme d’assistance aux victimes du séisme réalisé au 4 juin 2015 et ouvrons un programme de dons pour poursuivre notre aide.

1. Le séisme du 25 avril 2015

Le matin du 25 avril 2015, le Népal a été secoué par un séisme d’une magnitude de 7.8 (échelle de Richter) : le tremblement de terre le plus violent que ce pays ait connu depuis 80 ans. L’épicentre se trouvait à 80 km. de Katmandou. Environ 140 répliques ont continué à secouer la capitale et ses environs dans les jours qui suivirent. La plus violente a eu lieu le 12 mai dernier (magnitude 7.3 sur l’échelle de Richter). Les effets dévastateurs du séisme se sont propagés jusqu’au nord de l’Inde, au Bangladesh, au Pakistan et au Tibet.

2. Où en sont les programmes ROKPA ?

Une chance inouïe a permis aux enfants de l’orphelinat, aux femmes de l’atelier de couture et à l’équipe de ROKPA de rester sains et saufs. Ils vont bien mais la peur demeure – ce que l’on peut comprendre.

Le terrain que ROKPA a acheté en 2012 pour un projet d’agrandissement s’est révélé une bénédiction : en effet, il est situé entre la Maison des Enfants et la Guest House et permet aux enfants et à l’équipe de ROKPA de s’y réfugier car les bâtiments endommagés par le séisme peuvent s’effondrer à la prochaine réplique. Il accueille également des gens du voisinage venus demander de l’aide. C’est sur ce terrain que se déroule désormais la vie de ce « village de tentes » improvisé – souvent sous une pluie battante : les aînés des ROKPA-kids, les jeunes et l’équipe de ROKPA travaillent pour assurer l’organisation du quotidien d’environ 150 personnes. Il faut préparer les repas, veiller aux besoins élémentaires et aux soins nécessaires.
Dans la mesure du possible, après le traumatisme des événements, l’équipe de ROKPA s’efforce d’organiser pour les enfants un retour progressif à la « vie normale » : l’école sous la tente en attendant de pouvoir retrouver les salles de classe et les chambres de la maison des enfants (ROKPA Children’s Home).
Après le premier tremblement de terre du 25 avril, l’expertise des bâtiments de ROKPA avait estimé que les structures avaient été miraculeusement épargnées et que les murs fissurés ne menaçaient pas de s’effondrer. Après une semaine de campement sous la pluie, l’équipe ROKPA avait réintégré les bâtiments et les enfants avaient pu dormir à l’abri.
Malheureusement, après la réplique du 12 mai, tout le monde a du se réfugier en plein air et reprendre la vie sous les tentes en attendant la prochaine expertise sur la stabilité des bâtiments.

3. Récentes actions du Programme d’Assistance aux victimes du séisme

Immédiatement après le séisme du 25 avril, ROKPA a mis en place des unités d’intervention mobiles, constituées de volontaires, de salariés de ROKPA ainsi que des aînés ou d’anciens ROKPA-kids. Tal Siano,  ancien médecin de l’armée israélienne, venu spécialement apporter son aide, est chargé d’organiser les interventions. A partir du 11 mai, une infirmière suisse apporte son concours aux soins d’urgence.
Entre le 1er et le 18 mai ces équipes ROKPA ont mené 10 interventions dans l’arrière-pays de Katmandou destinées à apporter une aide d’urgence aux villages lointains où les organisations humanitaires n’étaient pas encore intervenues.
La priorité était la distribution de nourriture et de bâches avec lesquelles les villageois qui ont tout perdu s’aménagent des abris de fortune qui leur permettront d’affronter les pluies de la mousson imminente. Des soins médicaux d’urgence ont été également prodigués aux victimes souffrant de fractures ou de blessures.

Quelques chiffres :
. 800 foyers répartis dans 9 villages ont pu bénéficier de l’aide de ROKPA  et recevoir 5,5 tonnes de riz (dont une partie en flocons précuits), 210 kilos de lentilles, 265 kilos de sel et 90 litres d’huile.
Les 166 bâches distribuées ont été particulièrement appréciées en raison de la flexibilité de leurs utilisations potentielles : protection des personnes, des animaux – voire des provisions pendant la période de la mousson.

Environ 150 victimes ont pu bénéficier des soins d’urgence, certaines ont été hospitalisées en raison de la gravité de leur état.

4. Perspectives

Les interventions d’urgence dans des zones sinistrées,  comme vous le savez, ne sont pas au cœur des compétences de ROKPA  : en effet notre travail habituel se concentre sur le long terme et dans une perspective de durabilité. Mais dans le cas du séisme au Népal, il n’était pas concevable que ROKPA, qui était présent sur place, n’intervienne pas. Les équipes de ROKPA et les volontaires qui les ont rejoints ont pris d’énormes risques pour mener à bien des secours rapides et efficaces.
Le prochain défi auquel sera confronté ROKPA, comme les milliers de Népalais sans abri depuis le séisme, sera la saison de la mousson (de juin à août) et ses pluies diluviennes.
ROKPA envisage la construction d’une sorte de « village-refuge » sur le terrain qui jouxte la Maison des Enfants. Les tentes seront remplacées par des abris plus stables, des douches et des latrines seront installées. Ces abris destinés aux enfants de l’orphelinat, au personnel ROKPA ainsi qu’aux couturières de l’Atelier des Femmes les protègeront des intempéries.

Dans la mesure du possible ce “village-refuge” accueillera des voisins voire d’autres personnes dans une situation de détresse.

ROKPA étudie actuellement les possibilités de porter assistance aux populations délaissées des régions isolées en installant des centres de soins et des écoles. Certes il reste essentiel que ROKPA continue à faire face aux engagements de ses projets à long terme mais il sera également nécessaire d’assurer un soutien durable à ces populations isolées particulièrement négligées. Léa Wyler, co-fondatrice de ROKPA, est partie au Népal pour mettre en place une collaboration avec les équipes d’intervention locales.

Vos dons nous ont permis d’être auprès des Népalais. Nous vous demandons encore votre soutien en leur nom.