Akong Tulku RinpocheAkong Rinpoche

Né au Tibet oriental en 1939, il est reconnu à l’âge de 4 ans comme la réincarnation du premier Akong – un lama et médecin d’une grande sagesse.

Parmi les grand lamas tibétains qui durent fuir leur pays en 1959, le Dr. Akong Tulku Rinpoche s’est distingué par l’immense palette des activités qu’il a menées en exil ou dans son pays natal.

En effet, après un retour autorisé au Tibet en 1980, il a été bouleversé de constater que la culture et la langue tibétaines y étaient menacées de disparition et a vu dans quelle profonde misère vivaient ses compatriotes : malnutrition, maladie, sans perspective d’éducation et un environnement menacé. Il initia très vite des programmes d’aide humanitaire destinés à secourir la population tibétaine et sauvegarder sa culture.

Akong Tulku Rinpoche a ainsi consacré une grande partie de son temps et son énergie à l’élaboration et la mise en place des programmes de ROKPA,  sillonnant chaque année les routes et les sentiers du Tibet en compagnie de membres de ROKPA pour assurer le suivi des programmes de ROKPA sur le terrain.

En savoir +

 

Léa Wyler

Actrice suisse, elle fonde en 1980 avec Akong Rinpoche et son père, Veit Wyler, ROKPA à Zurich. C’est le début d’un long engagement humanitaire. D’actrice, Léa Wyler est devenue « Mummy Léa » pour les gamins des rues de Kathmandou. Son engagement humanitaire a été récompensé par plusieurs distinctions telles que l’Ordre de Saint Jean et le Prix Jonas Furrer.

En savoir +

 

Veit Wyler

Avocat suisse, philanthrope engagé tout au long de sa vie, Maitre Veit Wyler a aidé non seulement des réfugiés, des expatriés mais aussi des humains en grande détresse. C’est donc en cohérence avec ses valeurs que Veit Wyler a adhéré au projet d’organisation humanitaire de sa fille Léa. Jusqu’à sa mort en 2002, Veit Wyler a soutenu juridiquement et financièrement l’action de ROKPA.

En savoir +